Archive for septembre, 2007

Tommy Flanagan, pianiste


Tommy Flanagan – Smooth as the Wind from Billy Taylor’s show, Jazz Counterpoint

Tommy Flanagan, né le 16 mars 1930 à Détroit (Michigan), mort le 16 novembre 2001 à New York, était un pianiste américain de jazz.

Il est parfois appelé Tommy Lee Flanagan.

Il s’est principalement illustré comme pianiste accompagnateur de talent, notamment lors de tournées avec Ella Fitzgerald (1963–65 et 1968–78), mais il a également activement participé a certains enregistrements historiques comme par exemple Giant Steps de John Coltrane, Saxophone Colossus de Sonny Rollins et The Incredible Jazz Guitar de Wes Montgomery ainsi qu’à de nombreux festivals comme à Montreux en 1977 où il gratifie le public d’un formidable Blue Bossa (cf. discographie). Il jouait également de la clarinette (qui était son premier instrument), du saxophone, de la contrebasse et du vibraphone.

Sous son nom, le Tommy Flanagan Trio (avec le bassiste Wilbur Little et le batteur Elvin Jones) sort son premier album: Tommy Flanagan Trio Overseas en 1957. Toujours en tant que leader il enregistre avec d’autre grands noms comme Tal Farlow et Red Mitchell…

Le style de Tommy Flanagan était à la fois « modeste » et extrêmement musical. Il incarnait les principales qualités citées en jazz: le swing, la sophistication et le choix judicieux des harmonies, les inventions mélodiques, la sonorité du blues et bien sûr l’humour! Comme le laisse comprendre sa discographie, il apparait sur de nombreux albums novateurs dans l’histoire du jazz (son malheureux solo sur le très rapide et harmoniquement complexe Giant Steps est un des rares enregistrements, sinon célèbre, de l’imperturbable pianiste surpris par l’instant).

Durant sa carrière il fut nominé quatre fois aux Grammy Awards (deux fois pour la meilleure performance jazz en groupe et deux fois en tant que soliste).

Il décède le 16 novembre 2001 d’un anévrisme.

Discographie

* 1956 : Saxophone Colossus (Sonny Rollins)
* 1957 : Oversea
* 1957 : The Cats
* 1960 : Moodsville
* 1960 : Giant Steps (John Coltrane)
* 1975 : The Tokyo Recital
* 1977 : The Best of Tommy Flanagan
* 1977 : Montreux 1977
* 1977 : Eclypso
* 1978 : Something Borrowed, Something Blue
* 1978 : Plays the Music of Harold Arlen
* 1979 : Our Delights
* 1980 : Super Session
* 1981 : The Magnificent
* 1982 : In Memory of John Coltrane
* 1982 : Confirmation
* 1987 : Thelonica
* 1990 : Jazz Poet
* 1991 : Beyond the Blue Bird
* 1993 : Let’s Play the Music of That Jones
* 1994 : Little Pleasure
* 1994 : Lady Be Good… For Ella
* 1995 : Flanagan’s Shenanigans
* 1997 : Sea Changes
* 1998 : Sunset And The Mockingbird, the Birthday Concert

Source: Wikipédia

Jean-Jacques Milteau, harmoniciste

Jean Jacques Milteau en concert au Divan du Monde. Live blues harmonica de Jean Jacques Milteau à Paris Organisation: Peggy Szkudlarek Stephane Vatinel Martin Liot erwan chesnais Sinny & Ooko Thomas Bailly Beo festival

Jean-Jacques Milteau est un harmoniciste français, né à Paris en 1950.

Biographie

Il découvre l’harmonica dans les années 1960 en écoutant des artistes de la mouvance folk et rock (Bob Dylan, les Rolling Stones). Un voyage aux États-Unis lui permet de se confronter au blues américain, et il se lance véritablement dans sa carrière musicale vers la fin des années 1970. Il obtient alors une première reconnaissance comme instrumentiste accompagnateur, jouant pour de nombreux artistes, principalement français : Yves Montand, Eddy Mitchell, Jean-Jacques Goldman, Maxime Le Forestier, Barbara, Charles Aznavour. Sa virtuosité lui permet d’aborder des styles différents, allant du blues au jazz comme Stevie Wonder à ses débuts, en passant même par la musette (Albert Raisner), et d’autres formes de musiques populaires.

En 1989, il sort son premier album solo, Blues Harp, et mène depuis avec succès sa carrière personnelle, enchaînant de nombreuses tournées (accompagné de Manu Galvin à la guitare). Il écrit également des méthodes d’apprentissage de l’harmonica et s’investit en même temps dans l’animation radio, notamment sur TSF. Suivent d’autres albums comme Explorer (1re Victoire de la musique), Routes ou Bastille Blues qui font valoir son incomparable virtuosité et son éclectisme.

C’est en 1992 qu’il rejoint la troupe des Enfoirés, qui chaque année, réalise un véritable show afin de venir en aide au plus démunis, par l’action de l’association des Restaurants du coeur, fondée par Coluche. Jean Jacques Milteau aura l’occasion de participer plusieurs fois à ce spectacle, notamment aux côtés de Patricia Kaas et de Fredericks, Goldman, Jones en 1992, pour « Regarde les riches », sur la scène de l’opéra Garnier, et de Paul Personne, Eddy Mitchell et Renaud en 1994, pour « La route de Memphis » au Grand Rex.

Néanmoins, un virage s’amorce en 2001 : l’album Memphis, enregistré avec de grands musiciens de blues américain sous la direction du producteur Sebastian Danchin, lui permet d’obtenir une récompense aux Victoires de la musique (meilleur album blues). Cet album et les suivants sont marqués par plusieurs points communs :

* dominante blues désormais quasi-exclusive
* mélange de compositions originales et de reprises de standards
* enregistrements et productions aux États-Unis
* intégration voire mise en avant, ponctuelle ou récurrente, de musiciens et chanteurs blues américains, connus ou moins connus. À noter les contributions vocales remarquables de Terry Callier dans Blues 3d ou de Demi Evans dans Fragile et Live, hot n’blues
* rôle important pris par le pianiste Benoit Sourisse dans la direction musicale et les arrangements, complétant le noyau dur harmonica-guitare de Jean-Jacques Milteau et Manu Galvin
* équilibre dans la part donnée aux différents instruments (guitare, clavier, cuivres)

Dans cette nouvelle période de sa discographie, Jean-Jacques Milteau semble avoir trouvé une certaine maturité, davantage au service d’une ambition musicale d’ensemble (mise en avant du groupe) que d’un instrument en particulier, comme le faisait avant lui Paul Butterfield.

Il a tourné avec Mighty Mo Rodgers ou Demi Evans (Festival de la Côte d’Opale en novembre 2006).

Discographie

Disques solos

* 1973 : Special Instrumental
* 1979 : Blues Harp/J.J. Milteau & Mojjo
* 1983 : Just Kiddin’ avec Mauro Serri
* 1989 : Blues Harp
* 1991 : Explorer
* 1992 : Le Grand Blues Band et J.J. Milteau
* 1993 : Live
* 1995 : Routes
* 1996 : Merci d’être venus

1.  » … merci d’être venus / Jean-Jacques Milteau « .
2.  » Sarbacane / Francis Cabrel « .
3.  » Bille de verre / Maxime Le Forestier « .
4.  » … et bailler, et dormir / Charles Aznavour « .
5.  » Lonely crowd / Didier Lockwood « .
6.  » J’irai quand même / Florent Pagny « .
7.  » Lèche-botte blues / Eddy Mitchell « .
8.  » Quand j’rentre le soir / Richard Bohringer « .
9.  » Beale street / Jean-Yves D’Angelo « .
10.  » Les Fourmis rouge / Michel Jonasz « .
11.  » Les Don Juan / Claude Nougaro « .
12.  » Big walter / Manu Galvin « .
13.  » Willie & Leadbelly / Patrick Verbeke

* 1998 : Blues live
* 1999 : Bastille blues
* 2000 : Honky Tonk blues (live)
* 2001 : Memphis avec Little Milton, Mighty Mo Rodgers et Mighty Sam McClain
* 2003 : Blue 3rd avec Gil Scott-Heron, Terry Callier, N’Dambi, Howard Johnson…
* 2006 : Fragile avec Michelle Shocked et Demi Evans
* 2007 : Live, hot n’blues (Universal) avec Demi Evans et Andrew Jones
* 2008 : Soul conversation (Dixiefrogl) avec Michael Robinson et Ron Smyth

Source: Wikipédia

7923254a52125d33d7c3bbf23d93bcfa,,,,,