guitaristes

Jimmy Raney

http://www.youtube.com/watch?v=u91YxJA50ms
en 1992 à Louisville

James Elbert « Jimmy » Raney était un guitariste et compositeur de jazz américain (Louisville, Kentucky, 1927 – 10 mai 1995). Son jeu de guitare bebop au phrasé legato caractéristique (longtemps qualifié de « cool ») et harmoniquement avancé (d’une esthétique proche de celle de l’école Tristano; grande utilisation du mode lydien) tel qu’on peut déjà l’entendre dans ses enregistrements dans les années 50, influença durablement des guitaristes tels que Jimmy Gourley, Ronnie Singer, Laro Sollero, René Thomas ou encore Sacha Distel.

Il a longtemps fait partie du quintet de Stan Getz.

Il a joué toute la première partie de sa carrière sur une Gibson ES-150 (modèle Charlie Christian), avant de l’abandonner au début des années 70 au profit de diverses guitares, notamment des Gibson ES-175.

Il est le père de l’excellent guitariste Doug Raney, qui joua entre autres dans un merveilleux trio avec Chet Baker avec NHØP à la contrebasse, et toujours actif.

Source: Wikipedia

1992 Louisville

Christian Escoudé , guitariste


Christian Escoudé rend un hommage complet aux différentes facettes de la musique de Django. En changeant d’instrumentation, comme l’avait fait le génial gitan, Christian et ses comparses retrouvent les couleurs d’antan, leur donnent une nouvelle perspective approchant des répertoires plus rares et tout autant fascinants. La présence de ces super-solistes fera de cette carte blanche à Christian Escoudé un moment unique de communication et de bonheur !

Christian Escoudé

Christian Escoudé (né le 23 septembre 1947 à Angoulême) est un guitariste et compositeur de jazz français.

Biographie

Né d’un père gitan et guitariste, une mère charentaise, Christian Escoudé naît en 1947. Son père fait les bals musette de la région. Il voue une passion sans bornes à Django Reinhardt qu’il transmet à son fils qu’il initie à la guitare à l’âge de 10 ans. À 15 ans, Christian embrasse la carrière de musicien.

Christian Escoudé fait partie de cette petite famille de guitaristes de jazz issus du milieu manouche : à ce titre, il s’est forgé un style de guitare dans les canons du jazz bop, largement teinté d’influence tsigane. Il fait preuve d’un grand sens mélodique, où pointent des inflexions « gitanes », comme le vibrato et le portamento, de beaucoup de chaleur dans le phrasé et d’une belle générosité de son. Il se signale par sa façon toute personnelle d’utiliser les arpèges sur les systèmes demi-ton/ton.

Au Jazz In, où il se produit en 1972 « after Hours », il rencontre Eddy Louiss, Bernard Lubat et Aldo Romano.

Plus tard, il rejoint Didier Levallet (Swing String System), Michel Portal Unit.

En 1976, l’Académie du jazz lui décerne son prix Django Reinhardt, tandis qu’un nouveau quartette (avec Michel Graillier, Aldo Romano, et Alby Cullaz ; puis Jean-François Jenny-Clark prend tournure. On l’entend (en free-lance) aussi bien chez Michel Portal qu’avec Slide Hampton, Martial Solal ou Jean-Claude Fohrenbach.

En 1978, le Festival de Nice est pour lui l’occasion d’enregistrer avec le quartet de John Lewis et de jouer avec Stan Getz, Bill Evans, Philly Joe Jones, Freddie Hubbard, Lee Konitz, Shelly Manne, Elvin Jones…

À partir de 1978, il participe presque chaque année au Festival de Samois, organisé en hommage à Django Reinhardt. En 1979, il est au Festival de Dakar, complétant le trio René Urtreger-Pierre Michelot-Daniel Humair.

Au cours de l’été 1980 John McLaughlin le convie à une tournée en duo qui le conduit aux États-Unis, Brésil et Japon.

En 1981, il entre dans le grand orchestre de Martial Solal. L’année suivante, il se produit dans un quartette aux côtés de Shelly Manne. De retour en France, il en crée un avec Olivier Hutman (claviers), Nicolas Fitzman (b, bg) et Jean-My Truong (percussion) – ces deux derniers seront remplacés par Jean Marc Jafet et Tony Rabeson.

En 1983, débute un duo avec Didier Lockwood qui débouche en 1984 sur un trio avec Philip Catherine.

En 1985, il joue avec Capon et James Carter puis forme le « Trio Gitan » avec Boulou Ferré et Babik Reinhardt.

En 1987, il joue en duo avec Michel Graillier, John Thomas, avec le « Trio Gitan », puis encore avec Capon-Carter.

Début 1988 naît un nouveau quartet avec Jean-Michel Pilc, François Moutin et Louis Moutin. L’année suivante, il forme un octet à quatre guitares (Paul Challain Ferret, Jimmy Gourley, Frédéric Sylvestre), accordéon (Marcel Azzola), violoncelle (Vincent Courtois), basse (Alby Cullaz) et batterie (Billy Hart).

New York, 1990 : il joue au Village Vanguard avec Pierre Michelot, Hank Jones et le batteur Kenny Washington.

En 1991, entouré d’un orchestre à cordes, il enregistre onze compositions de Django Reinhardt. En 1992, son « Gipsy Trio » (Challain Ferret, Sylvestre) s’augmente de Babik Reinhardt ou Biréli Lagrène, et l’année suivante, à Los Angeles, il enregistre entouré de Lou Levy, Bob Magnusson et Billy Higgins.

Sous le label EmArcy, les bureaux parisiens de Verve lui proposent, de 1989 à 1994, 7 albums : Gipsy Waltz / 1989 / Marcel Azzola / Live at the Village Vanguard / Plays Django Reinhardt / In L.A.-Standards Vol.1 / Cookin’in Hell’s Kitchen

En 1996 sort At Duc des Lombards (avec Emmanuel Bex à l’orgue Hammond, eten 1998 : A suite for Gypsies.

En 1998, il crée et enregistre « A Suite for Gypsies », œuvre de Jazz rock, fusion dédiée à la mémoire des enfants gitans morts dans les camps de concentration.

En 2003, l’année du cinquantième anniversaire de la mort de Django Reinhardt, il crée un big band (17 musiciens) avec lequel il explore l’héritage musical de Django en y apportant son style et ses propres idées harmoniques et rythmiques.

En 2004 il constitue « Le nouveau trio gitan », réunion de 3 guitaristes ayant l’ouverture d’esprit nécessaire à une expression musicale d’actualité, sans renier les racines dont ils sont issus (actuellement avec Martin Taylor et David Reinhardt).

En mars 2005 est sorti, chez Nocturne, « Ma ya ». Ya avec son nouveau sextet (Progressive Sextet) composé de Marcel Azzola, Jean-Baptiste Laya, Sylvain Guillaume, Jean-Marc Jafet et Yoann Serra.

Christian Escoudé a composé ou participé à près de 40 albums.

Site officiel: http://www.christianescoude.com/

Jake Shimabukuro, joueur de ukulélé


Jake Shimabukuro stopped by GHS Guitar Club on 2/2/07 and Jammed with guitarist Chris Burgan in front of an inspired audience.

Jake Shimabukuro, né le 3 novembre 1976 à Honolulu, Hawaii (É.-U.) est un musicien américain virtuose du ukulélé.

Style musical

Sa musique est un mélange de jazz, de rock, de musique hawaïenne, et de pop, il est souvent appelé le Jimi Hendrix du ukulélé.

Ses influences musicales revendiquées sont Eddie Van Halen (dont le légendaire solo de guitare « Eruption » a été repris par Jake), Yngwie Malmsteen, et Carlos Santana.

Anecdotes

* Sa renommée s’est trouvée amplifiée par internet, grâce à la diffusion d’une vidéo où il interprète while my guitar gently weeps (chanson de George Harrison des Beatles) au ukulélé.
* Il joue sur un ukulélé ténor.
* La marque de ukulélés Kamaka a créé une ligne d’ ukulélés de luxe portant la signature de Jake Shimabukuro.

Discographie

* Dragon 2005
* Walking Down Rainhill 2004
* Crosscurrent 2003
* Sunday Morning 2002

Un DVD appelé « Play Ukulele Loud » – qui contient, outre des interviews et des clips vidéo, une partie où il explique certaines techniques de jeu.

Source: Wikipédia

Site officiel: http://www.jakeshimabukuro.com/

2e10308f3309a0c5e96a370f2e90711cKKKKKKKKKKKK