harmonicistes

Olivier Poumay, harmoniciste

http://www.youtube.com/watch?v=KHjj3g95mwk

Olivier Poumay (25 février 1967 – ) harmoniciste belge, né à Liège. « Premier prix d’harmonica » au Conservatoire Royal de Bruxelles (1997).

Biographie

Olivier Poumay débute en autodidacte. Il se perfectionne lors de stages, de cours privés, à l’Académie d’Amay (diplôme en 1993) et au Conservatoire Royal de Bruxelles (1er Prix à l’harmonica en 1997).

Il joue en concert dans des musiques aussi variées que la country, la variété, la musique traditionnelle, le jazz, le blues et la « musique du monde ». Il a joué, entre autres, avec J-P. Froidebise, P. Deltenre (g), L. Mercier, F. Jacquemin (dm), S. Gertsmans, M. Marissiaux, J. Thysen (bs), Ph. Reul (g,p), O. Collette, Ph. Decock (p), F. Malempré, S. Pougin, J. De Haas (pc), P. Vaiana (sx), P. Bernard (fl), Colie Mullin (acc) etc… Il se consacre à la composition et fonde le groupe « Upanishads » (festival de jazz de Montreux 2004).ainsi que le trio, acoustique et intimiste, « Sheng ».

Il joue aussi dans les groupes blues rock « Burning Plague » et « Boogie Workers ».(C.D. It’s Boogie Time), avec Abid El Bahri (CD Le Monde Est Un Village VI), Paco Diata (CD Badine Ya), Luthomania (CD Itinérance), Deny Lefrançois (Mes Souliers Sont Rouges), Michel Gillain (flamenco), Véronique Bizet…

Toots Thielemans, harmoniciste


Makin’ Whoopee. Peggy and Toots having fun in the late 60’s.

Toots Thielemans

Jean-Baptiste Frédéric Isidor, Baron Thielemans est un musicien de jazz belge, né à Bruxelles le 29 avril 1922.

Biographie

Ses parents tiennent un café dans la rue Haute, au cœur du quartier populaire Bruxellois des Marolles où joue régulièrement un accordéoniste. Son père qui remarque son intérêt pour l’instrument, lui fait entamer, dès l’âge de trois ans, l’apprentissage de l’accordéon diatonique. Il joue du musette, La Tonkinoise ou l’Internationale.
Toots Thielemans.

En 1938, il découvre l’harmonica (au cinéma entre autres) par les films avec Ray Ventura et son orchestre, il commence à en jouer au départ comme simple loisir.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale qui provoque la fermeture des universités l’empêche de poursuivre ses études. C’est pendant l’occupation qu’il devient « accro » au jazz, il joue dans des clubs où on lui conseille d’apprendre un « vrai instrument ». Il apprendra la guitare en écoutant les disques où Django Reinhardt, son premier modèle, joue alors avec Stéphane Grappelli.

A la Libération, il est engagé dans de petites formations. On le surnomme Toots d’après les musiciens Toots Mondello et Toots Camarata dont les journaux parlent à l’époque, son nom Jean Thielemans n’étant pas jugé assez Swing.

En 1947 il effectue un premier voyage en touriste aux États-Unis ou il rêve de faire carrière. Sa première percée internationale a lieu en 1950, année où il rejoint Benny Goodman pour une tournée européenne.

En 1951 il fait une tournée en Belgique avec le chanteur-guitariste et fantaisiste Bobbejaan Schoepen.

En 1952 il émigre aux États-Unis, ses premiers engagements seront comme membre du Charlie Parker’s All-Stars à Philadelphie et du George Shearing Quintet.

Il compose Bluesette en 1962, composition qui deviendra un standard et lui vaudra une renommée internationale. Il développe un nouveau son en sifflant et jouant de la guitare en même temps. Il est soliste à l’harmonica pour des musiques de film : Midnight Cowboy, The Getaway, Sugarland Express, Cinderella Liberty, Turks Fruit, Jean de Florette, etc. ou pour l’émission de télévision Sesame Street.

Il a accompagné en concert et enregistré avec des artistes comme Charlie Parker, Ella Fitzgerald, Quincy Jones, Bill Evans, Jaco Pastorius, Natalie Cole, Pat Metheny, Paul Frederic Simon, Billy Joel, Oscar Peterson, Frank Sinatra, Ray Charles, Larry Schneider, Alain Soler, le groupe Machiavel…

Il devient la référence incontestable de l’harmonica.

Le roi Albert II lui a conféré le titre nobiliaire de baron.

Il fut nommé pour le titre Belg der Belgen (« le plus grand Belge ») en 2005 et finira vingtième dans la version flamande et quarante-quatrième dans la version francophone.

Discographie

* 1953-1991 : Jazz Masters 59 (Verve). T.T. (hca) avec le George Shearing Quintet et avec les Gals & Pals – CD
* 1954-1978 : Harmonica Jazz (CBS). T.T. (gt, hca) avec e.a. Ray Bryant (p), Wendell Marshall (b), Oscar Pettiford (b), N. H. Orsted-Pedersen (b), Alex Riel (dr) – CD
* 1955 : The Sound (Columbia).
* 1957/1958 : Man Bites Harmonica (Riverside / OJCCD). T.T. (gt, hca), Pepper Adams (bs), Kenny Drew (p), Wilbur Ware (b), Art Taylor (dr) – CD
* 1958 : Time Out For Toots (Decca). T.T. (gt, hca), Kenny Drew (p), Wilbur Ware (b), Art Taylor (dr).
* 1959 : The Soul of Toots Thielemans (Signature / Doctor Jazz). T.T. (gt, hca), Ray Bryant (p), Tommy Bryant (b), Oliver Jackson (dr) – CD
* 1961 : Toots Thielemans (Polydor LP 46 114). T.T. (gt), George Arvanitas (p), Roland Lobligeois (b), Philippe Combelle (dr). Réédité en 2000 dans la collection Jazz In Paris (Gitanes) sous le titre : Blues Pour Flirter – CD
* 1962 : The Whistler and His Guitar (ABC).
* 1962 : Toots Thielemans (Paramount).
* 1972 : Toots and Svend (Sonet). T.T. (gt, hca), Svend Asmussen (vln, cello), Kjell Ohman (organ, p), Stefan Brolund & Red Mitchell (b), Ed Thigpen (dr) – CD
* 1974 : Captured Alive (Choice). T.T. (hca), Joanne Brackeen (p), Cecil McBee (b), Freddie Waits (dr) – CD
* 1974-1978 : Live (Polydor). T.T. (hca) avec e.a. Joop Scholten (gt), Wim Overgaauw (gt), Rob Franken (p), N.H. Orsted-Pedersen (b), Bruno Castellucci (dr) – CD
* 1974 : Images (Candid). T.T. (hca), Joanne Brackeen (p), Cecil McBee (b), Freddie Waits (dr). Réédition de Captured Alive + inédits – CD
* 1974 : Toots Thielemans / Philip Catherine & Friends – Two Generations (Keytone / Limetree). T.T. (gt, hca), Philip Catherine (gt), Chris Hinze (fl), Joachim Kühn (p), John Lee (b), Gerry Brown (dr) – CD
* 1975 : Live, Vol. 2 (Inner City). T.T. (hca), Wim Overgaauw (gt), Rob Franken (p), Niels Pederson (b), Bruno Castellucci (dr).
* 1979 : Apple Dimple (Denon). T.T. (gt, hca), Tsunehide Matsuki (gt), Akira Okazawa (b), Yuichi Togashiki (dr), Tadaomi Anai (perc) – CD
* 1980 : Live in the Netherlands (Pablo / OJCCD). T.T. (gt, hca), Joe Pass (gt), Niels-Henning Orsted Pedersen (b) – CD
* 1981 : All Night Long (Universe Productions). T.T. (hca), David Beecroft (ts), Dolf De Vries (p), Jimmy Karakusevic (gt), John Clayton Jr (b), John Engels (dr), Koos Biel (steel gt) – CD
* 1984 : Autumn Leaves (Soul Note).
* 1984 : Your Precious Love (CBS / Sony). T.T. (gt, hca) avec e.a. Kevin Mulligan (gt), Michel Herr (p), Bruno Castellucci (dr) et Chris Joris (perc) – CD
* 1986 : Just Friends (Delta). T.T. (hca), Johnny Teupen (harpe), Paul Kuhn (p), Ack Van Royen (bugle), Jean Warland (b), Bruno Castellucci (dr) – CD
* 1986 : Do Not Leave Me / Ne Me Quitte Pas (BMG / Milan / Vintage Jazz). T.T. (hca), Fred Hersch (p), Marc Johnson (b), Joey Baron (dr) – CD
* 1987 : Toots Thielemans & Elis Regina : Aquarela Do Brasil (Verve) – CD
* 1988 : Only Trust Your Heart (Concord Jazz). T.T. (gt, hca), Fred Hersch (p), Harvie Swartz (b), Marc Johnson (b), Joey Baron (dr) – CD
* 1989 : Footprints (Verve). T.T. (gt, hca), Mulgrew Miller (p), Rufus Reid (b), Louis Nash (dr) – CD
* 1989 : In Tokyo (Denon). T.T. (hca), Tsuyoshi Yamamoto (p), Tsutomu Okada (b), Fumio Watanabe (dr) – CD
* 1991 : For My Lady – With The Shirley Horn Trio (Emarcy). T.T. (gt, hca), Shirley Horn (p, voc), Charles Ables (b), Steve Williams (dr) – CD
* 1992 : The Brasil Project (Private Music). T.T. (hca) avec e.a. Mark Isham (tp), Luiz Bonfá (gt), Lee Ritenour (gt), Gilberto Gil (gt, voc), Milton Nascimento (voc), Dave Grusin (p), Marc Johnson (b) et Teo Lima (dr) – CD
* 1993 : The Brasil Project, Vol. 2 (Private Music). T.T. (hca) avec e.a. Mark Isham (tp), Luiz Bonfá (gt), Lee Ritenour (gt), Gilberto Gil (gt, voc), Milton Nascimento (voc), Dave Grusin (p), Marc Johnson (b) et Teo Lima (dr) – CD
* 1994 : East Coast West Coast (Private Music). T.T. (hca) avec e.a. Jerry Goodman (vln), Lyle Mays (p), Robben Ford (gt), Herbie Hancock (p), Joshua Redman (ts), Terence Blanchard (tp), John Scofield (gt), Christian McBride (b) et Peter Erskine (dr) – CD
* 1995 : Concerto For Harmonica (TCB). T.T. (hca) avec le Big Band de Lausanne et e.a. Fred Hersch (p), Christian Gavillet (bcl, bs) et Matthieu Michel (tp) – CD
* 1998 : Toots 75 / The Birthday Album (Private Music). T.T. (hca) avec e.a. Luis Bonfa, Philip Catherine, Bert van den Brink, Robben Ford, Charlie Haden, Mike Lang – CD
* 1998 : Chez Toots (Private Music). T.T. (hca) avec e.a. Philip Catherine (gt), Johnny Mathis, Shirley Horn, Dianne Reeves et Diana Krall (voc), Hein Van de Geyn (b), André Ceccarelli (dr) – CD
* 1999 : The Live Takes Vol. 1 (Quetzal). T.T. (hca) avec Kenny Werner, Nathalie Loriers ou Michel Herr (p), Ray Drummond, Michel Hatzigeorgiou ou Sal La Rocca (b), Jukkis Uotila, Adam Nussbaum ou Bruno Castellucci (dr) – CD
* 2001 : Toots Thielemans & Kenny Werner (Emarcy / Universal). T.T. (hca), Kenny Werner (p, keyboards) – CD
* 2001 : Toots Thielemans & Elis Regina : Wilsamba – CD
* 2004 : One more for the road – CD

Source: Wikipédia

Jean-Jacques Milteau, harmoniciste

Jean Jacques Milteau en concert au Divan du Monde. Live blues harmonica de Jean Jacques Milteau à Paris Organisation: Peggy Szkudlarek Stephane Vatinel Martin Liot erwan chesnais Sinny & Ooko Thomas Bailly Beo festival

Jean-Jacques Milteau est un harmoniciste français, né à Paris en 1950.

Biographie

Il découvre l’harmonica dans les années 1960 en écoutant des artistes de la mouvance folk et rock (Bob Dylan, les Rolling Stones). Un voyage aux États-Unis lui permet de se confronter au blues américain, et il se lance véritablement dans sa carrière musicale vers la fin des années 1970. Il obtient alors une première reconnaissance comme instrumentiste accompagnateur, jouant pour de nombreux artistes, principalement français : Yves Montand, Eddy Mitchell, Jean-Jacques Goldman, Maxime Le Forestier, Barbara, Charles Aznavour. Sa virtuosité lui permet d’aborder des styles différents, allant du blues au jazz comme Stevie Wonder à ses débuts, en passant même par la musette (Albert Raisner), et d’autres formes de musiques populaires.

En 1989, il sort son premier album solo, Blues Harp, et mène depuis avec succès sa carrière personnelle, enchaînant de nombreuses tournées (accompagné de Manu Galvin à la guitare). Il écrit également des méthodes d’apprentissage de l’harmonica et s’investit en même temps dans l’animation radio, notamment sur TSF. Suivent d’autres albums comme Explorer (1re Victoire de la musique), Routes ou Bastille Blues qui font valoir son incomparable virtuosité et son éclectisme.

C’est en 1992 qu’il rejoint la troupe des Enfoirés, qui chaque année, réalise un véritable show afin de venir en aide au plus démunis, par l’action de l’association des Restaurants du coeur, fondée par Coluche. Jean Jacques Milteau aura l’occasion de participer plusieurs fois à ce spectacle, notamment aux côtés de Patricia Kaas et de Fredericks, Goldman, Jones en 1992, pour « Regarde les riches », sur la scène de l’opéra Garnier, et de Paul Personne, Eddy Mitchell et Renaud en 1994, pour « La route de Memphis » au Grand Rex.

Néanmoins, un virage s’amorce en 2001 : l’album Memphis, enregistré avec de grands musiciens de blues américain sous la direction du producteur Sebastian Danchin, lui permet d’obtenir une récompense aux Victoires de la musique (meilleur album blues). Cet album et les suivants sont marqués par plusieurs points communs :

* dominante blues désormais quasi-exclusive
* mélange de compositions originales et de reprises de standards
* enregistrements et productions aux États-Unis
* intégration voire mise en avant, ponctuelle ou récurrente, de musiciens et chanteurs blues américains, connus ou moins connus. À noter les contributions vocales remarquables de Terry Callier dans Blues 3d ou de Demi Evans dans Fragile et Live, hot n’blues
* rôle important pris par le pianiste Benoit Sourisse dans la direction musicale et les arrangements, complétant le noyau dur harmonica-guitare de Jean-Jacques Milteau et Manu Galvin
* équilibre dans la part donnée aux différents instruments (guitare, clavier, cuivres)

Dans cette nouvelle période de sa discographie, Jean-Jacques Milteau semble avoir trouvé une certaine maturité, davantage au service d’une ambition musicale d’ensemble (mise en avant du groupe) que d’un instrument en particulier, comme le faisait avant lui Paul Butterfield.

Il a tourné avec Mighty Mo Rodgers ou Demi Evans (Festival de la Côte d’Opale en novembre 2006).

Discographie

Disques solos

* 1973 : Special Instrumental
* 1979 : Blues Harp/J.J. Milteau & Mojjo
* 1983 : Just Kiddin’ avec Mauro Serri
* 1989 : Blues Harp
* 1991 : Explorer
* 1992 : Le Grand Blues Band et J.J. Milteau
* 1993 : Live
* 1995 : Routes
* 1996 : Merci d’être venus

1.  » … merci d’être venus / Jean-Jacques Milteau « .
2.  » Sarbacane / Francis Cabrel « .
3.  » Bille de verre / Maxime Le Forestier « .
4.  » … et bailler, et dormir / Charles Aznavour « .
5.  » Lonely crowd / Didier Lockwood « .
6.  » J’irai quand même / Florent Pagny « .
7.  » Lèche-botte blues / Eddy Mitchell « .
8.  » Quand j’rentre le soir / Richard Bohringer « .
9.  » Beale street / Jean-Yves D’Angelo « .
10.  » Les Fourmis rouge / Michel Jonasz « .
11.  » Les Don Juan / Claude Nougaro « .
12.  » Big walter / Manu Galvin « .
13.  » Willie & Leadbelly / Patrick Verbeke

* 1998 : Blues live
* 1999 : Bastille blues
* 2000 : Honky Tonk blues (live)
* 2001 : Memphis avec Little Milton, Mighty Mo Rodgers et Mighty Sam McClain
* 2003 : Blue 3rd avec Gil Scott-Heron, Terry Callier, N’Dambi, Howard Johnson…
* 2006 : Fragile avec Michelle Shocked et Demi Evans
* 2007 : Live, hot n’blues (Universal) avec Demi Evans et Andrew Jones
* 2008 : Soul conversation (Dixiefrogl) avec Michael Robinson et Ron Smyth

Source: Wikipédia

ac52e873b0aef6376c69d46478b1d885MMMMMMMMMMMMMMMM