pianiste

Joe Sample, pianiste et compositeur

Recording Street Life avec Randy Crawford

Joe Sample est un pianiste, claviériste et compositeur de jazz américain né le 1er février 1939 à Houston, au Texas. Il a été l’un des membres fondateurs des Crusaders. Il joue du piano depuis ses 5 ans. Depuis la fin des années 1980, Sample mène avec succès sa carrière solo et a joué sur les albums de nombreux artistes et groupes tels que Miles Davis, George Benson, Jimmy Witherspoon, B.B. King ou encore Steely Dan. Ces dernières années, il a enregistré des albums en commun avec d’aurtes artistes comme le tromboniste suédois Nils Landgren ou les chanteuses soul/jazz Lalah Hathaway et Randy Crawford, cette dernière étant d’ailleurs connue pour avoir chanté sur Street Life des Crusaders.

Source: Wikipedia

J’ai eu la chance de voir ces deux là au Parc Floral, c’était tout simplement magique 🙂

McCoy Tyner, pianiste

McCoy Tyner – Giant Steps
A solo piano performance of John Coltrane’s Giant Steps, by McCoy Tyner, 1996, Hamburg.

McCoy Albert Tyner est un pianiste et compositeur de jazz américain né le 11 décembre 1938 à Philadelphie (Pennsylvanie)[1].

Biographie

Fils d’une pianiste, McCoy Tyner étudie successivement à la « West Philadelphia Music School » et la « Granoff School of Music ». Voisin des pianistes Richie et Bud Powell, il peut profiter de leurs conseils sur la manière d’aborder le « piano jazz ».

En 1959, il est le pianiste du « Jazztet » co-dirigé par Benny Golson et Art Farmer.

De 1960 à 1965, il joue dans la formation de John Coltrane. Avec Coltrane, il enregistre de nombreux albums (en quartette, en quintette, avec un big band arrangé par Eric Dolphy,…) pour les labels « Atlantic » puis « Impulse ». Le quartette composé de John Coltrane au saxophone, Tyner au piano, Jimmy Garrison à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie est l’un des plus célèbre de l’histoire du jazz. Ce groupe reste encore aujourd’hui la figure la plus emblématique du jazz modal.

À la même période, il enregistre comme sideman dans des disques hard bop pour le label « Blue Note », accompagnant, entre autres, Freddie Hubbard, Lee Morgan, Stanley Turrentine, Grant Green, Hank Mobley, Donald Byrd, Joe Henderson et Wayne Shorter.

À partir de 1966, Tyner, enregistre essentiellement sous son nom. De 1966 à 1971, même s’il continuer à enregistrer pour « Blue Note », il connaît une période difficile. Il joue dans des orchestre de rhythm and blues et est un temps accompagnateur d’Ike et Tina Turner.

À partir de 1972, il signe avec le label « Milestone », pour lequel il enregistre abondamment avec ses propres formations. Ces disques, en particulier « Sahara » (1973), relancent la carrière du pianiste. On peut citer, comme musiciens ayant participé aux groupes du pianiste dans les années 1970, les saxophonistes Sonny Fortune, Azar Lawrence, Gary Bartz, le violoniste John Blake et le batteur Alphonse Mouzon. Sa musique alors mêle les esthétiques du jazz modal, du hard bop, du jazz fusion et du free jazz. En 1978, il fait une tournée remarquée avec le « Milestone jazzstars » (Sonny Rollins au saxophone ténor, Ron Carter à la contrebasse et Al Foster à la batterie).

Depuis, McCoy Tyner continue une carrière prolifique enregistrant pour Columbia, Blue Note, Elektra et d’autres labels.

Art Tatum, pianiste

Art Tatum plays Humouresque (Dvorak)
Arthur Jr Tatum dit Art Tatum (13 octobre 1909- 5 novembre 1956) est un pianiste de jazz.

Biographie
Arthur Jr Tatum naît le 13 octobre 1909 à Toledo (Ohio), dans une famille musicienne. Il étudie d’abord le violon et la guitare, puis le piano. Art Tatum est presque complètement aveugle ; autodidacte[1], il utilise le braille et reproduit la musique qu’il entend sur les disques. À l’adolescence, il joue déjà professionnellement du piano à Toledo. Mais il commence vraiment ses débuts professionnels en 1926. Sa musique est influencée par celle de Fats Waller[2].

Il est engagé par Speed Webb en 1928, puis, de 1929 à 1930, va jouer dans son propre show de radio. En 1932 à New York, il accompagne la chanteuse Adélaïde Hall.

Ses premiers enregistrements datent de mars 1933, et Art Tatum y révèle un style de piano complètement différent et beaucoup plus complexe que le style de l’époque. Puis, de 1934 à 1941, il enregistre de nombreux disques pour Decca. Il fait quelques disques avec Joe Turner et il joue dans des clubs à Chicago et à Cleveland. Art Tatum devient à cette époque une figure majeure du jazz et va faire des tournées dans tous les États-Unis et même en Angleterre (il joue au Ciro’s club de Londres).

Art Tatum forme avec le guitariste Tiny Grimes et le bassiste Slam Stewart un trio de jazz extrêmement populaire. Pendant les années 1940, il fait une tournée en Amérique du Nord. Il est couronné d’un « Gold Award » en 1944 par une revue nommé Esquire, et il joue au premier concert de jazz donné au Metropolitain de New York. Il donne des concerts sur la 52e rue en trio[3]. Ce fut le seul succès de son vivant. Il apparaît très brièvement (13 secondes !) dans le film The Fabulous Dorseys, en 1947. Art Tatum grave une série de solos pour le label Capitol en 1949. Ce fut sûrement la période la plus aboutie de son art.

Art Tatum enregistre de nombreux disques pour Norman Granz, de 1954 à 1956, en solo comme The solo masterpieces ; mais aussi avec Lionel Hampton, Buddy Rich, Benny Carter, Ben Webster (dont les enregistrements avec Art Tatum furent une grande réussite ). Une tournée européenne est annoncée.

Art Tatum meurt d’une crise d’urémie, le 5 novembre 1956.

Il est considéré comme un des pianistes les plus importants du jazz. Il inspirait beaucoup de respect (notamment de la part de Fats Waller, Vladimir Horowitz et même de Serge Rachmaninov), et il reste une référence de nos jours.

Il était largement reconnu pour sa virtuosité et ses improvisations créatrices. La légende veut qu’un jour, quand il entra dans un club où Fats Waller donnait un concert, ce dernier déclara : « C’est moi qui joue ce soir, mais Dieu est avec nous dans la salle. »

Source: Wikipedia

b7d7c7c8b4b9aff13510ab5d3e29de60kkkkkkkkkkkkkkk